March 27, 2023 | Autres

Pepsi, où est mon avion à réaction?

Le documentaire Netflix “Pepsi, Where’s my Jet” est basé sur l’affaire Leonard v. Pepsico, Inc. qui a fait jurisprudence en 1999 aux États-Unis. L’affaire concernait une plainte déposée par John Leonard contre PepsiCo. La société refusait de lui livrer un avion Harrier qu’il pensait avoir gagné en collectant 7 millions de points Pepsi dans le cadre de la campagne publicitaire de la société. Dans la publicité, Pepsi a clairement fait croire au consommateur qu’il pouvait obtenir un avion de chasse en échange de points. L’entreprise n’a cependant jamais eu l’intention de donner suite à cette idée, car elle a déclaré qu’il s’agissait d’une plaisanterie.

Le tribunal a statué en faveur de PepsiCo et a déclaré que le message publicitaire ne constituait pas une offre légitime et contraignante. La décision était basée sur l’opinion du tribunal qu’aucune personne raisonnable ne croirait qu’avec 7 millions de points Pepsi, vous recevriez un avion de chasse.

L’arrêt de la Cour a établi le précédent selon lequel les publicités ne sont pas considérées comme des offres juridiquement contraignantes. Il a essentiellement permis aux entreprises de ne pas subir de conséquences juridiques lorsqu’elles font des affirmations exagérées dans leur publicité. Cette décision a eu un impact majeur sur la publicité et le droit des contrats aux États-Unis.

Dans une affaire comme Leonard c. Pepsico, Inc. la décision dépend vraiment de votre juge. Les juges sont chargés d’interpréter la loi et de l’appliquer en fonction des faits de l’espèce. Ils doivent prendre en compte plusieurs facteurs, notamment les intentions des parties, le contexte de la publicité et la façon dont celle-ci serait interprétée par une personne raisonnable. Dans cette affaire, la décision de la Cour s’est largement appuyée sur ce dernier facteur.

Dans certains cas, il est possible que les convictions personnelles d’un juge influencent son processus décisionnel et, par conséquent, l’issue de l’affaire. Par exemple, si un juge est connu pour sa sévérité à l’égard des entreprises, il aurait peut-être été plus dur avec PepsiCo. En revanche, un juge connu pour être plus capitaliste pourrait être plus enclin à statuer en faveur de l’entreprise.

Leonard v. Pepsico, Inc. est une affaire importante qui a établi le principe selon lequel les publicités ne sont pas des offres juridiquement contraignantes. Par conséquent, les entreprises peuvent faire des affirmations irréalistes sans aucune répercussion juridique. Le rôle du juge dans cette affaire est crucial et sa décision peut être influencée par ses propres opinions. Cette affaire est un exemple classique de la façon dont le résultat d’un procès pèse lourd sur le bagage, les points de vue et les opinions des juges, dans leur interprétation des faits et de la loi.  Cela peut facilement s’appliquer aux affaires de droit de la famille lorsqu’il s’agit d’évaluer le rapport coût-bénéfice d’un règlement par rapport à un procès. Au moins, avec un règlement, vous pouvez contrôler le résultat et faire la paix avec vos choix, plutôt que de laisser un juge prendre une décision en votre nom.

Il est intéressant de noter que la même publicité a été diffusée au Canada et qu’elle comportait une clause de non-responsabilité indiquant les exclusions, les exceptions, etc. Dans le documentaire de Netflix, l’absence de clause de non-responsabilité était intentionnelle afin de faire croire au consommateur qu’il était possible d’y parvenir.

Lien vers la publicité sur YouTube : https://youtu.be/ZdackF2H7Qc